Quel futur pour les orchidées ?

Information générale

Au nom de L’Orchidée en France et du Comité Scientifique chargé de l’organisation de l’exposition et des conférences, nous avons le plaisir de vous faire part et de vous inviter à participer au 18ème colloque international de l’EOCCE (European Orchid Council Conference and Exhibition), qui se tiendra à Paris du 23 au 25 mars 2018.

Ce colloque est délibérément tourné vers l’avenir afin de mettre en évidence les recherches de pointe menées sur les orchidées et de prévoir leurs perspectives et applications proches. Son intitulé est ainsi : Quel futur pour les orchidées ?

Le colloque est ouvert à toute personne intéressée par les orchidées, amateurs et scientifiques, chercheurs et professionnels, étudiants, gestionnaires, etc. Assurer un avenir sûr pour les orchidées nécessite également l’émergence d’une nouvelle génération de chercheurs. Nous accueillons donc particulièrement les étudiants de doctorat et les post-docs, non seulement pour présenter certaines conférences, mais aussi pour offrir des posters.

Services et organisation des conférences

Le colloque ouvrira le vendredi 23 mars 2018 à 9h00 et se terminera le dimanche 25 mars à 8h00.

Le 18ème colloque de l’EOCCE comporte deux parties. La première, le vendredi, sera une Master Class consacrée aux nouvelles tendances pour la culture des orchidées et la deuxième, le samedi et le dimanche, sera le colloque scientifique.

Un service de restauration sera ouvert le midi pour les déjeuners dans l’enceinte de Paris Event Center qui accueille l’exposition et la conférence. Le dîner de gala aura lieu le samedi soir. Les repas, déjeuners et dîners, ne sont pas inclus dans les frais d’inscription.

Master Class : Nouvelles tendances pour la culture des orchidées

Cette réunion présentera les pratiques modernes de la culture des orchidées, elle est principalement destinée aux professionnels et aux amateurs. Les langues anglaise et française seront acceptées. Il sera alors recommandé d’avoir un support dans l’une de ces deux langues et la présentation orale dans l’autre.

Conférences scientifiques

Le colloque scientifique comportera des communications orales et des présentations de posters. Il est organisé autour de 4 thèmes couvrant un large éventail de sujets de recherches menées sur les orchidées :

Protection et restauration dans un environnement changeant par Tiiu Kull

Le changement global et d’autres pressions d’origine l’humaine menacent de plus en plus les orchidées, leur diversité génétique, leurs habitats et leurs niches écologiques – Comment pouvons-nous répondre au mieux à ces défis ?

Ecologie des mutualismes par Marc-André Sélosse

Les orchidées ont des interactions fascinantes et indispensables avec les champignons du sol (mycorhizes) et les insectes (pollinisation), allant du mutualiste à la tricherie (parasite) – Comment ces relations intimes façonnent la dynamique et la structure des populations, leur adaptation et leur distribution ?

Les orchidées à l’ère de la génomique par Barbara Gravendee

La connaissance des orchidées a grandement bénéficié des nouvelles technologies telles que la protéomique, la transcriptomique, le séquençage du génome et la phylogénomique, qui révolutionnent des champs entiers de recherche – Quelles grandes idées sur la biologie, l’écologie et l’évolution des orchidées sont en train d’émerger ?

Biotechnologies et amélioration par Hong-Hwa Chen

Les progrès de la biologie moléculaire, de la génomique et de la culture in vitro constituent des approches stimulantes pour l’amélioration des orchidées en facilitant un meilleur contrôle des traits recherchés – Pouvons-nous prédire les tendances à venir des orchidées cultivées et la façon dont nous les cultiverons ?

L’anglais est la seule langue officielle du colloque scientifique.

Pour chaque session, les espèces d’orchidées tempérées, comme tropicales, seront considérées. Chaque session sera introduite par un conférencier invité et comportera ensuite plusieurs communications orales.

Les communications orales auront lieu dans une salle de conférences proche de l’exposition internationale d’orchidées, permettant aux participants d’y accéder facilement.

Les posters seront présentés pendant toute la durée de la conférence et leurs auteurs seront invités à les présenter lors de la séance posters, l’après-midi du samedi. Il y aura un prix pour les deux meilleurs posters.

Les participants sont invités à soumettre leur communication pour une présentation orale ou pour un poster (voir les instructions ci-dessous).

Soumission des communications

Les contributeurs sont invités à soumettre leurs communications pour une présentation orale ou par poster. Cette soumission devra comporter le titre de la communication proposée, le nom des auteurs et un résumé de 100 à 200 mots environ. Les auteurs indiqueront la forme souhaitée de leur communication (orale ou poster). La proposition de communication soumise sera examinée par le comité scientifique, qui peut recommander un changement de présentation pour une communication orale ou un poster. Le nombre de communications orales sera limité par la durée de la session. Soyez certain que quel que soit votre sujet de recherche, s’il apparaît comme novateur, nous lui trouverons une place !

La date limite de soumission des résumés est fixée au 15 septembre 2017 pour les communications orales et au 15 janvier 2018 pour les posters. Le Comité scientifique invite les auteurs à envoyer leur soumission le plus tôt possible, et de préférence bien avant la date limite.

Les auteurs recevront une confirmation d’acceptation pour les communications orales avant le 15 octobre 2017 et avant le 31 janvier 2018 pour les communications d’affiches.

La soumission doit être envoyée par courrier électronique à : conference@EOCCE2018.org.

Les résumés resteront modifiables jusqu’à la date donnée ultérieurement pour la préparation du recueil des résumés remis aux participants.

Inscription

L’inscription au colloque se fera en ligne sur ce site Web.

Les frais d’inscription comprennent l’accès aux conférences et à la séance posters, l’accès permanent à l’exposition internationale d’orchidées, au cocktail et à la cérémonie d’ouverture du jeudi après-midi, ainsi que la pochette remise aux participants contenant des informations générales et le recueil des résumés. L’inscription au dîner de gala du samedi, auquel se joindront entre autres les exposants d’orchidées, doit être effectuée séparément car elle n’est pas incluse dans les frais d’inscription.

Les frais d’inscription anticipée sont ouverts jusqu’au 30 novembre 2017.

Des frais d’inscription réduits sont accordés aux étudiants.

L’inscription sera officiellement acceptée après réception du paiement. En cas d’annulation de l’inscription avant le 31 janvier 2018, les frais d’inscription seront remboursés à une hauteur de 50% des frais, mais après cette date, aucun remboursement ne sera effectué. Les éventuels remboursements ne seront effectués qu’après la fin du colloque.

Frais d’inscription

Participant

  • Inscription anticipée : 120€
  • Inscription après le 30 novembre 2017 : 150€

Personne accompagnante (seulement un accompagnant par participant, aucun document fourni ni pochette) : 60€

Etudiant (Carte d’étudiant en cours de validité)

  • Inscription anticipée : 80€
  • Inscription après le 30 novembre 2017 : 120€

Inscription seulement à la journée du vendredi 23 mars (Master Class Nouvelles tendances pour la culture des orchidées) :

  • 50€

Pour s’inscrire comme congressiste, cliquez ici

Après le paiement, vous recevrez un email de confirmation.

Conférenciers

Tiiu KULLPhD (1997, Université de Tartu). Chef du Département de Botanique à l’Institut des Sciences Agronomiques et Environnementales, Université Estonienne des Sciences de la Vie, professeur depuis 2007. Les principaux domaines d’étude sont la biologie des populations d’espèces de plantes rares, en particulier les orchidées. En plus de la biologie des orchidées, ses intérêts de recherche incluent la biologie de la reproduction et la distribution des plantes vasculaires et la conservation de la biodiversité. Le professeur Kull a également participé à la compilation de la Flore des pays baltes, des livres de données rouges et de l’Atlas et des livres-clés des plantes estoniennes. Elle a publié plus de 50 articles et trois livres, a édité plusieurs publications, Orchid Biology: Reviews and Perspectives VIII, IX, X inclus. Elle est rédactrice en chef des Actes de l’Académie Estonienne des Sciences et actuellement leader de plusieurs projets de recherche, par exemple: (1) Impact non-additif de la richesse des frontières pour le biote (2) La pollinisation par les mites dans les prairies semi-naturelles (3) Établissement et Gestion des expériences à long terme sur la biodiversité (4) Impact du tourisme de Natue sur les communautés naturelles. T.Kull a été active dans plusieurs projets de l’UE. Des méthodes de surveillance et des systèmes de surveillance à l’échelle de l’UE pour les espèces et les habitats d’intérêt communautaire (EuMon) et la Plate-forme européenne pour la biodiversité, un outil novateur pour améliorer la compétitivité du tourisme communautaire (Comcot) , Etc. En 2004, l’équipe qu’elle a dirigée a organisé le 3ème atelier international sur la biologie et la conservation des orchidées à Haapsalu, en Estonie. Le Prof. Kull a dirigé ou co-dirige le Club Estonian Orchid Protection depuis plus de 25 ans.

Marc-André SELOSSE (né à Paris en 1968) Est professeur au Muséum national d’Histoire naturelle (Paris), à l’Université de Gdansk (Département de taxonomie végétale et conservation de la nature, Pologne) et professeur invité à l’Université de Viçosa (Brésil). Il a obtenu son doctorat (1998) et Habilitation (2002) à l’Université Paris-Orsay. Les recherches de ses équipes mettent l’accent sur l’écologie et l’évolution des mycorhizes, une symbiose majeure entre les champignons du sol et les racines des plantes, en mettant l’accent sur les champignons mycorhiziens des orchidées et sur les taxons fongiques Sebacinales, Laccaria et Tuber (truffes). Il a publié plus de 130 articles de recherche. Ses trois équipes en Pologne, au Brésil et en France s’intéressent aux populations et aux communautés fongiques, en mettant l’accent sur les réseaux mycorhiziens et dans la physiologie de la nutrition des orchidées, tant dans les écosystèmes tempérés que tropicaux. Il appartient aux chercheurs qui ont découvert la mixotrophie dans les orchidées. Président de la Société botanique de France depuis 2010 et membre de l’Académie française d’agriculture, il est rédacteur en chef de Symbiosis, New Phytologist and Botany Letters. Il est très actif dans la science populaire et ses nombreux articles et essais sont disponibles gratuitement (page d’accueil de Marc-Andre-SELOSSE).

Barbara GRAVENDEEL, après avoir obtenu un doctorat dans la systématique des orchidées à l’Université de Leiden, s’est progressivement développée en un orchidologue « allround », qui a aidé à dater la famille des orchidées et à découvrir le rôle important que jouent les montagnes tropicales dans l’origine des endémies d’orchidées. Elle est actuellement titulaire d’une chaire en Biodiversité à la Faculté de Sciences et Technologie de l’Université des Sciences Appliquées de Leiden et au Naturalis Biodiversity Center (Pays-Bas), où elle étudie l’évolution des orchidées avec des étudiants de premier cycle et de doctorat du monde entier. Son principal intérêt de recherche consiste à démêler la base génétique des organes d’orchidées spécialisés responsables de l’isolement et de la spéciation de la reproduction.

Hong-Hwa CHEN, Professeur à l’Université nationale Cheng Kung depuis 23 ans, elle s’est transformée d’un virologiste en chercheur engagé dans la recherche fondamentale d’orchidées depuis deux décennies. Elle a été en France, aux États-Unis, en Corée du Sud et en Chine continentale pour une visite d’étude à court terme à plusieurs reprises. Jusqu’à présent, elle a publié 57 articles de revues académiques avec un facteur d’impact élevé avec des citations de 3060 fois. De plus, elle a publié 114 Abstracts / articles de symposiums, a édité trois livres spéciaux, 14 chapitres de livres, huit brevets nationaux et étrangers et deux transferts de technologie. De plus, avec ses efforts et sa coopération internationale, le séquençage complet du génome de Phalaenopsis equestris a été complété et publié dans Nature Genetics en 2015. Ses recherches ont accumulé suffisamment d’énergie de recherche pour avoir des contributions exceptionnelles sur la recherche  dans le domaine des orchidées. En plus de la recherche fondamentale consacrée aux orchidées, le professeur Chen se concentre également sur les rapports entre l’industrie et le milieu académique, afin que l’énergie de recherche universitaire puisse être appliquée à l’industrie, de manière à améliorer la compétitivité internationale de l’industrie des orchidées à Taiwan. Elle a fondé « Orchid Biotechnology Industry-University Alliance » et « Orchid Research and Development Centre » à NCKU, combinant la coupe transversale et la chaîne supérieure, moyenne et inférieure de la chaîne universitaire, établissant des alliances inter-institutions pour l’utilisation de la capacité pour améliorer la biotechnologie des orchidées . C’est un rôle actif positif pour une faculté universitaire et c’est rare. Il est recommandé qu’elle soit encouragée. Elle fut éligible au Prix de recherche exceptionnelle du ministère des Sciences en 2015. Une reconnaissance accrue de sa contribution à la recherche fondamentale ainsi qu’à l’aide à l’industrie des orchidées lui a permis de recevoir le prix TECO en 2016.

Organising Committee

Daniel Prat

Chercheur en génétique forestière après un doctorat en amélioration des plantes, puis professeur à l’Université de Lyon (France) où Daniel Prat est responsable d’une formation en biotechnologies et amélioration des plantes. Intéressé depuis longtemps par les orchidées, Daniel Prat est membre de la Société Française d’Orchidophilie (SFO), coordinateur de certains ouvrages clés publiés par l’association et impliqué dans la gestion du site www.orchisauvage.fr où les observateurs d’orchidées peuvent partager leurs découvertes.

Richard Bateman

Retraité par accident d’une carrière universitaire diversifiée à l’âge de 52 ans, Richard Bateman est un chercheur indépendant qui est actuellement professeur invité à l’Université de Reading, chercheur honoraire aux Royal Botanic Gardens de Kew et président pour une longue période de la UK Hardy Orchid Society. Bien que ses intérêts de recherche soient diversifiés, son principal sujet d’étude a porté sur l’application des méthodes moléculaires et morphométriques à la systématique, l’évolution et la spéciation des orchidées tempérées.

Alain Benoit

Docteur en médecine, spécialiste en radiologie. Cultivant des orchidées depuis plus de trente-cinq ans, il est responsable à la Société Française d’Orchidophilie (SFO) des activités sur les espèces tropicales et responsable à la SFO d’une formation à la culture des orchidées. En charge au sein de la LOF des relations avec les producteurs d’orchidées pour l’EOCCE.

Pascale Besse

Après un doctorat au Cirad à Montpellier (France) et un postdoc au CSIRO à Brisbane (Australie), Pascale Besse a été nommée à l’Université de La Réunion en 1997 où elle est actuellement professeur responsable d’un master en biodiversité tropicale (Master BEE BEST -T) et d’une équipe de recherche dans l’unité mixte de recherche créée entre le Cirad et l’université de la Réunion UMR PVBMT (Peuplements Végétaux et Bioagresseurs en Milieu Tropical). Ses recherches portent actuellement sur les orchidées du genre Vanilla où elle utilise la biologie moléculaire d’une part pour l’analyse du contrôle génétique des traits d’intérêt ainsi que l’évolution des espèces et d’autre part en génétique des populations dans un objectif de conservation des ressources génétiques sauvages et d’amélioration des variétés cultivées.

Yves Henry

Travaillant en entreprises privées sur l’amélioration du blé et de l’orge (1975-1988), Yves Henry a obtenu son doctorat en amélioration des plantes (1983) et à partir de 1988, il a animé une équipe de recherche en biologie du développement (directeur de recherche C.N.R.S., France, a pris sa retraite en 2012). Il concentre aujourd’hui tous ses efforts sur les orchidées européennes avec une attention particulière au genre Ophrys. Il publie régulièrement des articles de vulgarisation sur les orchidées afin de diffuser les résultats des travaux de recherche (radiation évolutive, fleur, lusus, ADN chloroplastique, épigénétique, introgressions, etc).

Jana Jersakova

Jana Jersáková est Professeur associé à la Faculté des sciences de l’Université de Bohême du Sud, République tchèque. Elle a une longue expérience en écologie sur les stratégies évolutives développées par les orchidées terrestres et se focalisant particulièrement sur les facteurs affectant la répartition des orchidées, comme leur dépendance vis-à-vis des champignons mycorhiziens spécifiques et des pollinisateurs spécialisés. À l’heure actuelle, ses recherches se concentrent sur les techniques d’isolement et de culture des champignons mycorhiziens des orchidées et leur utilisation dans la restauration des populations d’orchidées sur les habitats réhabilités.

Ray Ong

Spécialiste de la culture et de la multiplication des orchidées, Ray Ong a initié et développé des techniques de culture in vitro pour diverses espèces d’orchidées.

Marc-André Selosse

Marc-André Selosse est professeur au Muséum national d’Histoire naturelle (Paris) à l’Université de Gdansk et professeur invité à l’Université de Viçosa (Brésil). Ses recherches portent sur l’écologie et l’évolution des mycorhizes, une symbiose majeure entre les champignons du sol et les racines des plantes, en mettant l’accent sur les champignons mycorhiziens des orchidées. Son équipe s’intéresse aux populations et aux communautés fongiques et à la physiologie de la nutrition des plantes, tant dans les écosystèmes tempérés que tropicaux. Président de la Société Botanique de France depuis 2010, membre de l’Académie Française d’Agriculture et de la Société Française d’Orchidophilie (SFO), il est rédacteur en chef de Symbiosis, New Phytologist et Botany Letters. Il est très actif dans la vulgarisation et est rédacteur en chef du journal Espèces.

Tariq Stevaert

Botaniste du Missouri Botanical Gardens, ses activités de recherche portent principalement sur les orchidées tropicales d’Afrique, afin de les décrire, de découvrir leurs particularités biologiques et de les protéger.